transeuropalauf.de

english | Flag | spreelauf.com | sebastianbentele.de

Some statistics

5802. day post
registered: 44
from 12 countries
men: 37
women: 7
Youngest man 1969
Eldest man 1937
Youngest Woman 1962
Eldest woman 1940
Shortest stage 9.6km
laengesteEtappe 99.6km
Ø stage 78.7km

Transeurope-Footrace 09

Spreelauf-Archiv

VirtuTel

[will be translated soon] Auf dem Steppenhahn kann sich jeder anmelden und seine gelaufenen Kilometer eintragen. Die Kilometer werden dann auf der Strecke vom Europalauf angezeigt und schon ist man Teil des virtuellen Transeuropalaufs

New pages

Since 2005/12/07 the new pages are online. For suggestions, critic or mistakes found (especially if you use an exotic browser) send an email to Sebastian.
[mailto].

Disclaimer

Despite very careful checking of details we cannot take responsibility for the contents of any external web links. For the content of such links only the developer or website can be held responsible since we do NOT have any influence of the content of these sites.

Visitors

Since 1 July 2006:

Since June 2001:

Counter

Reports & Books

All reports can be sorted by author or stages. To every author or report we give the amount and language.
[will be translated soon] Die Bücher und Rezensionen sind unten auf dieser Seite aufgeführt. [continue]

 Overview

 Preliminary reports
  01 |  02 |  03 |  04 |  05 |  06 |  07 |  08 |  09 |  10 |  11 |  12 |  13 |  14 |  15 |  16
  17 |  18 |  19 |  20 |  21 |  22 |  23 |  24 |  25 |  26 |  27 |  28 |  29 |  30 |  31 |  32
  33 |  34 |  35 |  36 |  37 |  38 |  39 |  40 |  41 |  42 |  43 |  44 |  45 |  46 |  47 |  48
  49 |  50 |  51 |  52 |  53 |  54 |  55 |  56 |  57 |  58 |  59 |  60 |  61 |  62 |  63 |  64
 
 Summarisations

Auneau to / 11.05.2003
82.4 km / 1931.3 km complete
51.2 mi / 1200.1 mi complete
26 Started participations / 26 Addressed participations

Reports of the 23. stage

Daily stage standing

1. 09 Karl Graf Deutschland 7:19:29
2. 17 Robert Wimmer Deutschland 7:32:02
3. 40 Bernard Grojean (Rollstuhl) Frankreich 7:48:08
 

Total race standing

1. 17 Robert Wimmer Deutschland 187:00:31
2. 40 Bernard Grojean (Rollstuhl) Frankreich 190:31:11
3. 44 Martin Wagen Schweiz 191:46:47

de23. Tag. 82+ Km.
de
deMartin WagenSonntag, 11.05.03 - 23. Etappe nach Marly le Roi
deRobert WimmerAuneau nach Marly le Roi 82.4 KM Total 1931.3 KM
deStephan Isringhausen100 oder 80km
enDAY-23-AUNEAU-TO-MARLY-80 km (approximate) no one knows 100% for sure.
frB. BoulangerQuelqu'un
frBernard Grojean
frldsptelefon


 

Forward to picture gallery of this stage.
 

Quelqu'un

B. Boulanger


Silhouette longiligne, il sortait d'un carrefour lorsqu'il apparut dans le pare-brise.
L'ancien du Cadre Noir lâcha : " c'est lui. "…
Nous sortîmes en hâte de notre voiture au gris fatigué.
L'instant d'après, nous étions sur ses talons.

Nous aurions presqu'oublié que le Coureur en était à son 1960ème kilomètre de course depuis le petit fortin portugais noyé de soleil et cerné par les eaux du Départ de la Course.

Trois pays , et moins de 30 jours plus tard, nous avions l'honneur de croiser sa route


L'effort ne semblait pas avoir prise sur lui. Seule une légère écume autour de ses lèvres, pareille à celle des chevaux de course, trahissait involontairement l'insondable profondeur de l'effort.
Cet après-midi-là, Luc était content de parler, d'avoir des nouvelles des uns ou des autres, d'en savoir plus sur les 2 garçons " sérieux " qui le suivaient, presqu'honteux de le fatiguer en lui répondant.

Le Coureur déchiffrait sa piste comme un scout apache, semblant se repérer à des signes que nous mîmes un certain temps à comprendre :
. Mini flèche orange :, " tout droit " …
. 2 flèches oranges obliques : " à droite, ou à gauche. "…

" Attention !… ", lança-t-il soudain, les yeux écarquillés. 
L'ancien du Cadre Noir et le voyageur de commerce cherchèrent un instant des yeux le semi-remorque ou la voiture de sport qui nous menaçaient pour finalement identifier le danger : …..un cycliste casqué, gainé et stressé qui nous frôla sans un mot.

Le Coureur courait sur l'asphalte car les risques d'entorse sont moins grands. 
Nous courions sur le bas-côté beaucoup plus confortable mais, dangereusement instable.

Il lâcha soudain: " Ils sont chiants ! C'est pas vrai…. "
Le fléchage avait disparu sur cette partie de la bretelle d'autoroute.
Le voyageur de commerce se demanda combien de fois, chaque jour, depuis Lisbonne, le Coureur avait senti son sort dans cette course inhumaine vaciller ou les kilomètres se rajouter du fait de ces interruptions de fléchage.

A cet instant, ils appréhenda une nouvelle facette de cette aventure extraordinaire : Lisbonne- Paris, à pied et en courant, sans pouvoir se caler sur les rassurants panneaux routiers et autoroutiers.
Les sens inlassablement aux aguets, sans relâche tenter de rester dans le " couloir orange ", côté gauche de la chaussée. 
Et si d'aventure, on se trompait, rattraper le temps et les kilomètres perdus pour tenter de reprendre sa place.

Il courait comme un croisé de légende, pas pour la gloire, mais pour réussir cette aventure qu'il avait décidé de vivre.
"Ne pas s'arrêter de courir….Une foulée…. Encore une foulée…Encore une ligne droite et j'arrête.
Cette aventure est absurde. Personne ne peut en sortir indemne, ni physiquement, ni moralement… Allez, encore jusqu'au prochain tournant… Après la prochaine côte, j'arrête… J'ai les pieds en feu et tellement mal au dos… Que dirait Alix , et papa, et tous ces gens qui sans me connaître se sont lancés, chacun à leur façon, dans cette aventure… "

Un petit garçon , jailli d'une petite voiture blanche stationnée de l'autre côté de l'autoroute, se mit à courir en parrallèle à eux.
" Il veut courir avec toi " lança au Coureur le représentant de commerce… C'était son fils…

La route se mit à serpenter sur les rives d'un coteau boisé. 
" Adieu pour aujourd'hui les bretelles d'autoroute. "
Le coureur sans badge s'arrêta à plusieurs reprises pour un besoin naturel. Le représentant de commerce se demanda comment il évitait les mortels " poings de côté", car il repartait dans la course sans relâche.
L'ancien cadre noir se souvint de bonnes vieilles recettes qu'il appliquait aux chevaux de compétition qu'il avait montés dans le passé et en proposa une bonne dizaine au coureur qui les écoutait avec grande attention :
" Blanc d'Espagne et Vinaigre de vin, contre les contractures …. "
" Tu trouves ça où ? …."

Par surprise, le plat revint. La campagne était belle ce jour-là au-dessus de Marly.
Le panneau d'entrée rassurant fut vite dépassé.

Le représentant de commerce visant l'office de tourisme fut à deux doigts d'entraîner le Coureur dans un piège mortel.

L'ancien du Cadre Noir les sauva tous les trois en repérant les mini-flèches oranges qui partaient à gauche au pied de l'église du 15ème siècle.
Le repérage en ville était probablement encore plus difficile à suivre qu'en campagne.

Au détour d'une rue, le Coureur s'arrêta brusquement ; et demanda longuement des ses nouvelles à un copain Coureur moustachu qu'il avait connu au Spartathlon, rencontré par hasard, en plein cœur de Marly….
Au mépris des aiguilles des chronomètres du Monde Entier….

Nous finîmes par arriver avec surprise à l'étape, marqué d'un trait " Ziel " de craie blanche sur l'asphalte gris anthracite.
Nous étions arrivés au gymnase.

Le coureur s'excusa et partit prendre une douche.

Quelques instants plus tard, il se retrouvait en famille et avec les 2 garçons qui l'avaient escorté, à déguster quelques pâtisseries dans une cafétéria du Pecq, vers 16 heures un dimanche ensoleillé. Il soulagea ses pieds martyrisés avec de la glace dans un sac plastique de supermarché!

La souffrance depuis 30 jours était devenue une compagne bien fidèle.
Et, demain, il n'y pensait pas.

Le programme était de réintégrer le gymnase pour 18 h 30 au plus tard, afin de dormir un peu, avant les bruyantes séances d'aérobic du soir.
Ces 26 coureurs qui avaient réussi l'impossible, hommes et femmes, allemands australiens, japonais , américains, slovènes, norvégiens et français, se retrouvaient le soir, sur des matelas en mousse bien précaires, pour voler quelques heures de repos avant la nouvelle épreuve.

Le voyageur de commerce se dit que ce gymnase, bien loin des arènes et des hôtels de luxe des sports dits " prestigieux " s'apparentait plus aux monastères où dormaient les pèlerins partis 700 ans auparavant sur les Chemins de Saint Jacques de Compostelle...


Au moment de lui dit au revoir, le voyageur de Commerce fut bouleversé par la poignée de main harassée que le Coureur lui donna.

Luc rentra d'un pas résigné et la tête dans les épaules, dans son gymnase- prison.

Le voyageur sourit...

Aujourd'hui, il avait rencontré Quelqu'un... 

Bernard Grojean


Bonne journée pour Bernard que nous avons enfin vu !!! 
Voici d'ailleurs son arrivée. Une Délégations de la FSALE était présente : 
Le Colonel Dufour et son épouse, le Lt Colonel Baubiat  et moi même.


Bernard est arrivé à 14 h 45, 
J'ai pris la relève du Dr Le Chapelain qui avait accompagné Bernard pendant 4 jours.


L'accueil de la FSALE : (de gauche à droite), le Colonel Dufour, moi, le Dr Le Chapelain et le Lt-Colonel Baubiat. 

Un représentant du LIONS CLUB de Marly est venu faire un échange de bannières avec Bernard, nous avons fait des photos, malheureusement les miennes ont été ratées si vous voyez ce texte (contactez-moi par mail sur ce site).

23. Tag. 82+ Km.



DAY-23-AUNEAU-TO-MARLY-80 km (approximate) no one knows 100% for sure.





ldsptelefon




Sonntag, 11.05.03 - 23. Etappe nach Marly le Roi

Martin Wagen

Chaos und laute Worte am Start. Bernard, der Rollstuhlfahrer, ist wieder einmal am rumschreien. Er will den Gepäckanhänger mit unserem Gepäck nicht mehr mitnehmen. Dieser ist für ca. 4 Tage bei seinem Betreuer am Fahrzeug, da das Originalfahrzeug der Organisatoren in Reparatur ist. Bernard schreit rum vom Aufgeben und so weiter und nervt einmal mehr die ganze Truppe... Erneut eine harte Etappe heute. Es geht fasten den ganzen Tag über sehr ruhige Strassen. Kaum Verkehr, aber unzählige Velofahrer. Es ist halt Sonntag. Mir fehlt es leider heute an der Motivation und ich muss schon von Anfang an kämpfen. Wir passieren 20 Kilometer vor dem Ziel noch eine sehr laute Stadt mit viel Verkehr und keinen Trottoirs. Danach geht es kurz auf eine Autobahn und wir werden noch mit diversen happigen Steigungen verwöhnt. Mir tut der Fuss nicht mehr weh, dafür meine Muskeln und mein linkes Knie. Irgendwie Muskelkater bzw. verhärtet. Das Tempo kann ich halten, aber es ist heute ein richtiger Kampf. Nach knapp 8 Stunden ist auch diese Etappe geschafft. Mein linkes Knie ist offensichtlich etwas entzündet. Nach einer Massage geht es zumindest meinen Muskeln wieder besser. Hoffen wir auf morgen. Morgen sind es noch knapp 70 Kilometer, es wird langsam aber sicher besser!

Auneau nach Marly le Roi 82.4 KM Total 1931.3 KM

Robert Wimmer

100 oder 80km

Stephan Isringhausen

© Sebastian Bentele 2006 | Flag | Datenschutz | Top of page